Allons au musée - Mot-clé - Philippe Cognée Présentation d'expositions diverses de peintures, sculptures, photos et vidéos, de lieux multiples, musées, centres d'art contemporain, galeries, cafés-restaurants, entre Grenoble, Paris, Lyon, Rhône-Alpes et la Suisse... Ressentis et impressions critiques. 2021-05-06T21:12:20+02:00 Andrée Laporte-Daube urn:md5:627146f22bec1346990949372a159bfa Dotclear Philippe Cognée urn:md5:1ba25c47ca659e570c8e3640f409b2f7 2012-12-08T18:03:00+01:00 Andrée Laporte-Daube Musées en Isère Philippe Cognée <h2>Une exposition à ne pas manquer !<br /></h2> <h3>du 10 novembre 2012 au 3 février 2013<br /></h3> <h3>Musée de Grenoble<br /><img src="http://www.allonsaumusee.com/public/Cognee_1.jpg" alt="Cognee_1.jpg" style="float:right; margin: 0 0 1em 1em;" title="Cognee_1.jpg, nov. 2012" /></h3> <p>L'exposition consacrée par le Musée de Grenoble à l'artiste contemporain Philippe Cognée est la première de cette importance en France. C'est un projet ambitieux qui recouvre la période allant des années 1990 à nos jours : une centaine d'œuvres est exposée dans une quinzaine de salles.<br /> Un tableau dans le grand hall d'entrée est le seul qui provienne de la période des années 80 de l'artiste. Il permet de mieux le situer, puisque il évoque une période importante de sa vie, celle où il a vécu avec sa famille en Afrique, au Bénin, jusqu'à son retour à Nantes à l'âge de 17 ans.<br /><img src="http://www.allonsaumusee.com/public/Cognee_5.jpg" alt="Cognee_5.jpg" style="float:left; margin: 0 1em 1em 0;" title="Cognee_5.jpg, nov. 2012" /> En 1991, Philippe Cognée est pensionnaire à la villa Médicis, à Rome. Ce séjour provoque en lui une remise en cause de ses thèmes de prédilection.<br /> Il décide de mettre de côté le thème de l'Afrique, pour se tourner vers le présent et ce qui l'entoure.<br /> Il regarde autour de lui, photographie tout, jusqu'aux objets les plus usuels, joue sur les dimensions puis sur les apparences jusqu'à parfois en faire du pur art abstrait.<br /> Avec l'évolution des techniques, passant de la photographie argentique à la caméra vidéo, puis au numérique, et à google map (vues d'en haut sur toutes les villes du monde entier), ce qu'il peint, sous sa griffe, se transforme.<br /><img src="http://www.allonsaumusee.com/public/Cognee_3.jpg" alt="Cognee_3.jpg" style="float:right; margin: 0 0 1em 1em;" title="Cognee_3.jpg, nov. 2012" /> Parallèlement, il met au point une technique de peinture toute particulière, qui va donner à son œuvre un rendu unique. Son but est de brouiller un effet trop réaliste, en changeant les dimensions, et en « liquéfiant » sa peinture de telle sorte que les contours des lignes et les touches de peinture (cire d'abeille pigmentée) se fondent tout en gardant une certaine apparence du modèle original.<br /> « Avec une matière riche, faite d'arrachement et de plis, de coulures, de bavures, de glaçures, le peintre restitue toute l'ambiguïté d'un visible en mouvement permanent ».<br /> L'humain parfois ne paraît pas, dans les rues ou les immeubles ou les grandes surfaces, les bibliothèques, donnant une impression de vide absolu, d'angoisse, sans toutefois nier cette présence, puisque ce qui est représenté provient de la main de l'homme. Et quand l'humain paraît, c'est sous forme de foule dense, qui s'agite, dans des mouvements désordonnés, confus, à l'image du monde contemporain.<br /><img src="http://www.allonsaumusee.com/public/.Cognee_2_s.jpg" alt="Cognee_2.jpg" style="float:left; margin: 0 1em 1em 0;" title="Cognee_2.jpg, nov. 2012" /> Philippe Cognée fait des séries, en noir et blanc ou gris, (il souffle le froid) ou en couleurs (il souffle le chaud).<br /> Dès la première salle, on découvre tous les thèmes de l'artiste, dans un immense visuel de : 15x19 = 285 miniatures.<br /> Que ce soit la vie intime, enfants jouant sur une plage, jeune femme allongée, intérieurs, chambres d'hôtels… ou objets quotidiens, comme machine à laver, fauteuil plastique, containers, … ou faits de société, comme consoles de grandes surfaces, immeubles des cités, décharges, ou effets de flous provoqués par le mouvement (paysage vu d'une vitre d'auto ou de train) … : par le coup de pinceau magique et la technique si particulière de Philippe Cognée, tout paraît transfiguré, dans un monde qui semble imaginaire, irréel, défait, chamboulé, presque terrassé … et pourtant si réaliste !<br /> Une des œuvres les plus étonnantes est celle qui se trouve dans la dixièmes salle : 36 tableaux de carcasses mis à hauteur des yeux de celui qui les regarde, 36 tableaux qui occupent toute la pièce, vous ne pouvez pas en réchapper, vous ne les cernez pas, ce sont eux qui vous cernent : effet impressionnant garanti !!! Vous êtes là au cœur même d'un abattoir !<br /> Cette œuvre si particulière et frappante a été acquise par le Musée de Grenoble, elle est amenée à rejoindre le Panthéon des grandes œuvres possédées par le Musée.<br /><img src="http://www.allonsaumusee.com/public/.Cognee_6_t.jpg" alt="Cognee_6.jpg" style="float:left; margin: 0 1em 1em 0;" title="Cognee_6.jpg, nov. 2012" /></p> <p>Objets sortis de leurs cadres, paysages nimbés de mystère, portraits familiers et autoportraits, foules en mouvement, vanités colorées… plus ou moins figuratifs ou abstraits, petits tableaux ou grandes dimensions, dénotent la richesse d'inspiration de l'artiste et nous offrent à la fois cubisme, impressionnisme, fauvisme, …. Philippe Cognée nous renvoie dans le monde dans lequel on vit.<br /><img src="http://www.allonsaumusee.com/public/Cognee_4.jpg" alt="Cognee_4.jpg" style="float:right; margin: 0 0 1em 1em;" title="Cognee_4.jpg, nov. 2012" /> C'est une peinture vivante, intuitive, évolutive, lumineuse, dérangeante, « forte et puissante », qui marque et fait réfléchir, et qu'on emporte définitivement avec soi, cadeau de l'artiste à ceux qui viennent le voir.<br /></p> <p>Allez séance tenante au Musée de Grenoble voir l'exposition Philippe Cognée, c'est une « incontournable » à mes yeux !</p>