Musée de Grenoble

du 22 Novembre 2014 au 22 février 2015

Né en 1947 dans une famille d'agriculteurs du Piémont, Giuseppe Penone vit et travaille à Turin. Il a créé ses premières œuvres très jeune, à 21 ans.
musee_de_Grenoble.jpg Il se rattache à « l'Arte Povera », courant italien artistique des années 60. Il n'est pas académique. C'est un artiste qui se sent en communion avec la Nature, la terre malléable, la végétation, les arbres, avec lesquels il a été en contact dès son plus jeune âge, dans son village natal.
Giuseppe Penone a acquis au fil des décennies une réputation internationale en tant que sculpteur.
Le Musée de Grenoble lui consacre une ample exposition, révélatrice de la richesse du travail de l'artiste, avec beaucoup d’œuvres et des matériaux différents.
L'exposition n'est pas chronologique. C'est un parcours intuitif, poétique, sensible, qui reflète la façon dont l'artiste travaille. Giuseppe Penone expérimente certaines choses, les développe, puis prend une autre direction, puis revient sur ce qu'il a commencé à travailler antérieurement, comme par exemple une œuvre récente en marbre mise en parallèle avec un dessin fait 30 ans auparavant.
Il a une progression cyclique.
L'idée centrale qui en ressort est le temps qui passe, et les évolutions qui en découlent.
Le motif de l'arbre est un thème récurrent chez lui.
Le parcours proposé conduit à aborder les grands thèmes de Penone : la Nature, l'Arbre, le lien de l'Homme à la Nature.
C'est dans cette relation Homme/Nature que se développe le travail de Penone. C'est tout à la fois une approche physique et intellectuelle : contact, préhension, appropriation du réel.
Pour vérifier cette relation, il faut passer par le contact direct : d'où le développement de la notion de travail d'empreintes.
Il ressent qu'il existe une perméabilité entre ce que l'homme est, et ce qui l'entoure, tout en ayant une attention éveillée sur ce que l'homme produit sur l'environnement. C'est comme une respiration, un échange intérieur, extérieur, à l'image du gaz absorbé par les plantes et rejeté par les hommes, et de l'oxygène rejeté par les plantes et absorbé par les hommes.

Le parcours se fait en cinq espaces, composés à chaque fois d'une grande salle et d'une galerie. Une série de dessins est mise en parallèle avec des grandes œuvres monumentales.



Giuseppe Penone aime passer du minéral au végétal, à l'animal, à l'humain …. il se joue des matières, les mélange, les assimile, les pétrit, les fait passer les unes pour les autres : jeu subtil qui montre à quel point tout est question d'interprétation intellectuelle.
Le visiteur ne peut qu'entrer dans son jeu et se laisser prendre, comme dans le quatrième espace, où l'on découvre un grand rouleau en marbre de Carrare qui semble se dérouler tel un immense tapis confortable, surplombé par une bouche apparemment sensuelle et tendre, mais qui vu de près est en fait composée d'épines d’acacias collées ..... ce que voit l’œil et ce que pourrait toucher la main ne correspondent pas...
Giuseppe Penone se joue de tout, nous joue des tours, et nous entraîne dans sa magie créatrice.

L'exposition est à découvrir au Musée de Grenoble jusqu'au 22 février 2015.
Le Musée est ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 18h30. Le tarif plein est de 8 euros. L'entrée est gratuite pour les moins de 18 ans, ainsi que le premier dimanche de chaque mois.